Jusque-là pratique comme sport de loisir, le surf tend de plus en plus vers un sport d’élite en Afrique. Mais, mis à part quelques compétitions épisodiques, le calendrier continental affiche tableau blanc.

Pour sortir cette discipline sportive de son confinement, des représentants de six fédérations nationales (Afrique du Sud, Côte d’Ivoire, Sénégal, Cap-Vert, Madagascar et Maroc) ont porté, il y a une semaine, sur les fonts baptismaux la Confédération africaine de surf.

Selon ses initiateurs, cette instance permet aux fédérations membres de travailler dans un cadre institutionnalisé. Elle sert également de cadre  pour soutenir et fournir l’aide nécessaire à une trentaine de pays africains non encore dotés de fédérations, afin de développer et promouvoir cette discipline sur le continent

L’assemblée générale constitutive a porté à la tête de la Confédération africaine de surf le Marocain Mohamed Kadmiri, président de la fédération de son pays.

Un bureau exécutif de cinq membres a été mis en place pour piloter la Confédération. Il est ainsi composé :

Président : Mohamed Kadmiri (Maroc)

Premier vice-président : Johny Bakker (Afrique du Sud)

Deuxième vice-président : Omar Seye (Sénégal)

Secrétaire général : Amine Affaf (Maroc)

Trésorier général : Alexander Alcantara (Sénégal)

VOnews

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here