Après un succès mondial sans précédent dans la lutte contre le paludisme, les progrès ont stagné, selon le Rapport mondial sur le paludisme 2017 publié mercredi 29 novembre par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

On estime à 5 millions le nombre de cas supplémentaires de paludisme en 2016 par rapport à 2015. Les décès dus au paludisme sont de l’ordre de 445.000, un chiffre comparable à celui enregistré l’année précédente, précise le rapport.

« Ces dernières années, nous avons réalisé des progrès importants dans la lutte contre le paludisme », a déclaré le Directeur général de l’OMS, Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus. « Nous sommes maintenant à un tournant. Sans action urgente, nous risquons de revenir en arrière et de manquer les objectifs mondiaux de lutte contre le paludisme pour 2020 et au-delà ».

La Stratégie technique mondiale de lutte contre le paludisme préconise des réductions d’au moins 40% des taux d’incidence et de mortalité du paludisme d’ici 2020. Selon le dernier rapport sur le paludisme de l’OMS, le monde n’est pas en voie d’atteindre ces objectifs cruciaux.

Un problème majeur est lié à l’insuffisance des financements au niveau national et international, ce qui entraîne des lacunes importantes dans la couverture des moustiquaires imprégnées d’insecticide, des médicaments et d’autres outils vitaux.

Globalement, 2,7 milliards de dollars ont été investis dans les efforts mondiaux de lutte contre le paludisme et d’élimination du paludisme en 2016. Ce chiffre est nettement inférieur à l’investissement annuel de 6,5 milliards de dollars requis pour atteindre les objectifs 2030 de la Stratégie mondiale de lutte contre le paludisme.

Alors que le taux de nouveaux cas de paludisme a globalement diminué, depuis 2014, la tendance s’est stabilisée et même inversée dans certaines régions. Les taux de mortalité dus au paludisme ont suivi une tendance similaire.

La Région africaine continue de recenser environ 90% de tous les cas de paludisme et de décès dans le monde. Quinze pays – tous sauf un en Afrique subsaharienne – portent 80% du fardeau mondial du paludisme.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here