Demonstrators burn flares and wave Polish flags during the annual march to commemorate Poland's National Independence Day in Warsaw on November 11, 2017. Poland's National Independence Day commemorates the anniversary of the Restoration of a Polish State in 1918. / AFP PHOTO / JANEK SKARZYNSKIJANEK SKARZYNSKI/AFP/Getty Images

La célébration du 99ème anniversaire de la Pologne fêtée ce samedi 11 novembre 2017 a été marquée par la forte présence d’extrémistes qui ont proféré des slogans racistes et islamophobes.

L’extrême-droite européenne déverse sa haine sur l’Islam. En effet, à l’occasion de la célébration du 99ème anniversaire de l’indépendance de la Pologne, des mouvements d’extrême-droite venus de plusieurs pays européens ont arpenté les rues de la Pologne proférant des chants racistes et islamophobes.

D’après le média PBS, ils étaient environ 60 000 manifestants à scander : « une Pologne pure, une Pologne blanche ». PBS nous apprend aussi que d’importants mouvements d’extrême-droite connus pour leur antisémitisme sont venus gonfler les rangs des manifestants polonais.

« Priez pour un holocauste islamique »

Selon PBS qui cite The Associated Press, il y a eu des manifestants en provenance de la Suède, de la Hongrie et de la Slovaquie. D’ailleurs, le très célèbre suprématiste blanc américain, Richard Spencer, était attendu à cet événement. Le gouvernement polonais l’a finalement interdit d’entrer sur le territoire polonais.

D’après The Guardian, la marche a été organisée par des groupes d’extrême-droite polonais. Parmi les invités de marque, figurent Stephen Lennon, ex chef de file du mouvement English Defence League, mouvement extrême-droite anglais, ou encore l’italien Roberto Fiore. De nombreux manifestants étaient aussi des sympathisants du parti polonais Parti de Droite et de Justice (PiS).

Parmi les slogans inscrits sur les pancartes des extrémistes, on pouvait y voir : « du sang pur », « Priez pour un holocauste islamique » ou encore « une Europe blanche ». L’attitude violente des manifestants, relayée par la presse internationale, a fait réagir les autorités polonaises qui ont sanctionné ces dérives.

« Une provocation politique »

Le ministre polonais de la Culture, Piotr Glinski, s’est dit surpris de voir des pancartes racistes lors de la célébration de la fête de l’indépendance de la Pologne. « Nous n’acceptions pas que le statut de nation… soit compris en termes d’ethnicité », a-t-il fait savoir. Il a clairement parlé « provocation politique ».

Rappelons que la fête de l’indépendance de la Pologne, célébrée le 11 novembre, marque la fin de son partage entre la Russie, la Prusse et l’Autriche après la Première Guerre Mondiale. L’année 1918 marque le début d’une Seconde République Polonaise prospère qui a duré 21 ans jusqu’à l’invasion de la Pologne par les forces soviétiques et l’Allemagne nazie marquant le début de la Second Guerre Mondiale.

lecourrier-du-soir

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here